Le voyage entre Kathmandu et Varanasi a été tout a la fois epique, épuisant, drole, interessant, agacant, amusant, coloré, beau, mais surtout tres tres long: 28 heures au total dont une nuit dans un bus bringuebalant dont la fille de l'agence de voyage m'avait assuré (en m'extorquant 800 roupies au passage...) qu'il s'agissait d'un "touristic bus", ce qui au Nepal ne signifie absolument pas que l'on va voyager avec d'autres touristes blancs ou indiens mais assure que l'on ne va pas voyager avec trois chevres, douze poules et trois dindons sur le toit au mieux dans l'allée bondée au pire...

DSC02628DSC02630

DSC02634DSC02636

Bref, les "touristic bus" coutent un peu plus cher mais en general sont un peu plus confortables (bon, il n'y a pas la clim non plus, ca ce sont les "air con bus" et on paye le billet en dollars... et la effectivement, il n'y a que des blancs aux fenetres), pas bondés, sans musique a toute berzingue deversee par les fenetres a travers les villages endormis a travers la nuit, ne s'arretent pas tous les 5km et partent a l'heure prévue, pas avec 1h30 de retard lorsque tous les sieges sont enfin remplis ce qui prend du temps car le bus est tellement pourri et les banquettes en simili cuir (qui fait transpirer et donne donc des boutons aux fesses) tellement etroites que seul le bout des fesses y repose, que meme les locaux hesitent a monter et negocient (avec succes eux) le prix du billet...

DSC02649DSC02653

10 heures après mon départ de Kathmandu, une nuit avec sommeil malgré une sono a fond toute la nuit (Darwin a raison, on s'adapte, maintenant je peux dormir avec 200 watts de musique hindi), un voisin indien envahissant qui s'obstine a s'endormir la tete sur mon epaule et que je dois repousser a coups de coude, et apres un changement de bus en rase campagne, j'arrive a la ville frontiere avec l'Inde mais côté nepalais. Comme de bien entendu, le bus direct pour la frontiere me depose a la gare de bus et je dois debourser 15 roupies pour une jeep bondée qui elle va a la frontiere. Lá, je me concentre pour ignorer les rickchaw qui hurlent que la frontiere est trèèès loin et qu'ils peuvent m'y conduire pour "good price , good price", ce qui signifie en nepalais qu'ils comptent financer la premiere année universitaire du petit dernier avec ce qu'ils comptent me soutirer pour faire 500 mètres.

DSC02655DSC02658

Je me paye un milk tea avec mes dernieres 15 roupies nepalaises, j'empoigne mon sac et je me dirige vers l'immigration nepalaise avec mon visa expiré depuis la veille...

Je passe sans souci et sans amende...

Traversée du no man land de 20 metres qui separe les deux postes frontieres et "Welcome to India" : me voila en Inde. D'ailleurs pour confirmer la chose : ma premiere vache sacrée m'attends á 2 mètres pour une photo.

Je fait viser mon passeport et me dirige vers la gare des bus pour prendre le prochain transport pour Gorakhpur d'où part un train en direction de Varanasi.

DSC02660

DSC02662

Ici tout est "plus" : plus vivant, plus coloré, plus chaud, plus épicé, plus tout qu'au Nepal. Je ne peux m'arrêter de prendre des photos par la fenêtre durant les trois heures de trajet. La vidéo passe un film Bollywood avec la musique a fond. J'adore!

Gorakhpur malgré son nom exotique qui évoque les palais de Maharadja et les temples dédiés à Shiva, est une ville nouvelle, bruyante, animée, pas très propre, poussiéreuse au possible et surtout où il fait très très chaud. Au moins 40 degrés et je sue à grandes eaux...

DSC02665DSC02669

Le bus nous dépose devant la gare. C'est tout un cinéma pour tenter de booker un ticket avec siège reservé donc je fais comme des millions d'indiens, j'achète un billet en classe assis non climatisé et donc sans resa. Le principe pour cette classe est la loi du plus fort. Premier entré dans le train premier assis. Les autres restent debout ou peuvent s'asseoir dans le couloir ou sur les marches. J'ai déjà expérimenté au Sri Lanka et pour 5h30 de trajet, c'est gérable. De plus, c'est vraiment vraiment pas cher : 75 roupies soit 1 euros. La SNCF est enfoncée :-D

DSC02675DSC02678

Mon train ne part qu'à 16 h mais entre la foule bigarée et au comportement fascinant (les gens sont assis sur le sol et vivent dans la gare comme chez eux ; y compris ceux qui défèquent sur les rails accroupis sur le bord du quai...) et le bouquin passionnant sur le business de l'Everest que je lis donc cela passe vite.

DSC02680DSC02684

Je monte dans le train à quai et coup de bol une famille se tasse pour me faire une petite place près de la fenêtre. A la station suivante pas mal de gens descendent et je trouve une place plus confortable. Je serais donc assise tout le trajet.

Encore un fois, le bruit, les couleurs, la chaleur marqueront le voyage.

DSC02700

DSC02711

DSC02739DSC02687

Le train arrive a Varanasi a 21h30. Je partage un autorickshaw (serieusement negocie) avec un chilien mais je n'aime pas trop le quartier ou il nous depose, je pars donc seule dans la nuit et les ruelles etroites avec mes 25kg de sac a dos a la recherche d'un endroit plus agreable. Il reste quelques personnes dans les ruelles qui me renseignent et j'atteinds mon but : Alita Ghat, fourbue mais contente. Je negocie une chambre impeccable a l'Alka Hotel et vais me coucher apres une bonne douche bien fraiche.

Welcome to India !