Aujourd'hui tout va bien...

Les locataires de mon appartement m'ont donne leur preavis par mail. Il faut que je leur trouve des remplacants sinon ca va etre complique financierement. Surtout que la Nouvelle Zelande, ca coute cher.

Mais bon, je quitte Rotorua pour me diriger vers mon premier trek en Nouvelle Zelande, je suis donc d'une humeur de reve.

Mon Naked Bus (compagnie dont le slogan est "It's not because we travel neked that we travel nude" :-D, j'adore!) est a 12h30. J'ai donc la matinee pour refaire mon retard sur mon site internet et comme la connection a l'hostel est mega rapide, j'en profite pour charger toutes les photos de la Polynesie et une partie de celles de l'Ile de Paques.

Je vais prendre mon bus a l'I center.

Nous prenons la route 30 vers l'Est et Gisborne qui se targue d'etre la premiere ville au monde a voir le soleil se lever. Et comme la ligne de changement de date est juste avant la NZ, c'est vrai. Pour ma part, la seule raison qui me pousse a m'y rendre est qu'il n'y a pas de direct pour Wairoa (la ville la plus proche du Lac Waikaremoana) et que la correspondance se prends ici.

On longe deux lacs immensement bleus et gris magnifique et nous traversons des villes et lieux dits aux noms resoluments locaux (et qui dit locaux en NZ, veut dire Maori, les anglo-saxons etant les emigres ici, certes depuis plusieurs generations mais emigres tout de meme). A la ville de Kawerau succedent foret puis village. La principale activite est l'agriculture dans les plaines fertiles du nord. Il y a de nombreux panneaux annoncant des ventes directs aux particuliers de fruits, mais et de plantes aux noms inconnus pour moi : le Kamokamo (???)

DSC06673DSC06677

Apres la traversee d'Awakeri et de Whakatane et une breve pause dejeuner et toilettes (on est dans un mini-bus) a Opitiki au bord du Pacifique on aborde une gorge ou les virages sont nombreux qui traverse la Reserve d'Otoko.

J'ai un peu mal au coeur mais on arrive sur les coups de 5h a Gisborne ou le chauffeur du mini-bus a la gentillesse de nous deposer pres du YHA qui autrement aurait ete a 20mn de marche de l'arret officiel.

DSC06684DSC06699

Arrivee a la YHA, je commence a bavarder avec trois chiliens super sympas qui sont la pour un working holiday. C'est un visa d'un an qui permet au moins de 35 ans de travailler et de voyager en meme temps (trop tard pour moi).

Les pauvres, ils travaillent dans une usine de conditionnement de fruits (oui, le working holiday, c'est souvent du fruit picking ou des petits jobs de ce type), 11 heures par jour a remplir des cageots d'orange.

Du coup, je fais peter le restant de bouteille de Pisco que j'ai dans mon sac a dos et on se la sirote avec du jus de citron vert !

DSC06702