Jour 1 (mardi) : L'arrivee

Arrivee a Papeete a 21h30.
Il fait une chaleur ecrasante malgre la nuit. A Rapa Nui, il est 2h30 du matin mais j'ai dormi 3 heures dans l'avion donc je ne ressent pas encore les effets du decalage horaire.
J'ai a peu pres les yeux en face des trous mais j'hallucine un peu d'etre accueillie par une danseuse tahitienne qu'accompagnent un chanteur et un joueur de yukulele au milieu de la nuit.
Je passe la police des frontieres en 2 secondes. Bienvenue en France au milieu du Pacifique :-D

Normalement, mon couchsurf doit me recuperer a l'aeroport mais comme il ne repond plus a mes messages depuis 2 jours et que je lui ai envoye 2 sms egalement restes sans reponse, j'ai des doutes.

Je recupere rapidement mon sac, Sabrina me voit de loin et se precipite pour me donner leur adresse mail sur un bout de papier. Je dis au revoir a Marcel et son epouse puis je sors resolument par le cote "Rien a declarer" de notre douane nationale (il faut que je m'y fasse, je suis en France!)
Je cherche mon couchsurf des yeux. Il y a pas mal de gens arborant des feuilles de papier avec des noms ecrits dessus. J'espere que Michel aura pense a un truc dans le genre car la photo de son profil est prise d'assez loin. Rien... En plus comme il n'a pas repondu au sms que je lui ai envoye juste apres l'atterissage, je commence serieusement a reflechir a un plan B (toujours avoir un plan B).
Je retire du liquide au distributeur histoire de voir venir. J'y rencontre deux backpackers qui semblent seuls. Hyeronimus et Katia sont neerlandais et sont interesses pour partager un taxi jusqu'au centre et en plus, ils ont l'adresse de l'unique hostel de Papeete qui a des dortoirs a 25 euros la nuit (soit le dortoir le plus cher de mon voyage... bienvenue en Polynesie...)
Le taxi nous conduit pour 2500 francs CFA et environ 8 km au centre ville. Celui-ci est desert. Par acquis de conscience, j'envoie un SMS a Michel pour lui dire que je suis a present dans un taxi vers le centre. Je recois un sms en retour me disant qu'il est a l'aeroport. Il est grave lui... Il m'appelle pour me dire de le retrouver sur la route qui borde l'ocean. Mais dans la nuit, avec un taxi qui vient de nous deposer devant la pension, va t'orienter sans plan dans une ville inconnue...
Je parcours des rues desertes vers ce qui me semble etre le port avec un Michel visiblement enerve qui m'appelle toutes les 3 minutes pour me demander ou je suis mais qui ne semble connaitre aucun des noms de rues que je lui cite
Bref, si on ajoute au tableau le poids de mon sac et le fait qu'il est 4 heures du mat a mon point de depart, je suis dans un bon plan galere...
Dieu merci je retombe sur Katia et Hieronymus qui marchent a la recherche d'un snack ??!!??!!
Ils ont un plan et on arrive non loin du port apres quelques minutes de marche. J'appelle Michel qui me dit qu'il n'est pas loin et qu'il me recupere dans 5mn.
Je vois arriver une petite 106 grise, voila le Michel, petit homme nerveux qui fait a peu pres ma taille et tire un peu la gueule. De mieux en mieux. Mais bon, comme le gars a des evaluations correctes sur le site et qu'il s'est quand meme derange pour venir me chercher, je dis au revoir a mes compagnons neerlandais avant de monter dans la voiture.
Nous reprenons la route qui va vers l'ouest de l'ile. Nous passons pres de l'aeroport puis Michel prend un chemin de terre sur la droite (petite angoisse : il ne va pas me tuer et me depecer parce qu'on s'est loupes a l'aeroport ??!!??)
Michel gare la voiture et me dit que nous allons prendre une pirogue pour rejoindre son trimaran amare dans la baie face au Sheraton (la classe!)
Le perilleux embarquement dans la pirogue reussi, nous ramons (enfin, Michel rame...) vers un enorme.bateau a voile.
Nous debarquons, mon couchsurf m'explique le fonctionnement des sanitaires et me dit sechement que le reveil le lendemain est a 5h30 car son fils doit aller a l'ecole. Il me jette un drap dont je ne suis pas entierement certaine qu'il soit propre et m'indique le grand espace couvert de banquettes de la cabine a vivre du bateau. Je vais me brosser les dents puis j'etale le drap sur la banquette et ma serviette de toilette sur l'un des coussins avant de m'allonger epuisee. A peine assoupie, je me reveille en sursaut, un truc m'a saute dessus. C'est le chat du bord. Saloperie de chat, j'ai failli avoir une attaque!
Je me rendors immediatement dans mon pire plan couchsurfing depuis mon depart...

 

Jour 2 (mercredi) : Tahiti, Carrefour et depart pour Moorea

 Reveil a l'aube au son du reveil de Michel. Il est 5h30.Youpi, je suis en Polynesie et il a l'air de faire beau malgre la saison des pluies.
L'ambiance sur le bateau est plombee. Le Michel semble ne pas me pardonner de ne pas l'avoir repere a l'aeroport la veille et l'ambiance du petit dej n'est rechauffee que par son fils de 12 ans adorable et tres vif.
Je prends donc le pretexte du temps superbe pour partir au plus tot pour Moorea. Il y a un bateau a 9h30 que je vais tenter de prendre.
Michel me depose en pirogue sur le bord de la route et m'explique quel bus prendre pour me rendre en ville. Nous nous disons au revoir (toujours assez froid...)
Soulagee, je me dirige vers l'arret du bus lorsque miracle! j'apercois un Carrefour
Miam !!! fromage!!! fromage!!!! fromage!!!!
Je craque, j'achete a la coupe un morceau de brie, un de comte vieux et de la buche de chevre cendree auxquels j'ajoute une barquette de beurre sale et une baguette plus un pot de confiture d'abricot Bonne Maman. J'en salive tellement que j'entame le Comte a peine la caisse passee...

Je choppe le bus qui me depose juste face a l'embarcadere des ferrys ou j'achete un billet pour Moorea sur l'Aremiti 5.
La traversee avec a la fois un point de vue sur Tahiti et un autre sur Moorea est magnifique. Un bus local completement decrepi me depose au camping Nelson ou je vais passer quelques jours.

J'ai hate de rencontrer la Josiane dont tout le monde m'a parle depuis l'ile de Paques.
Et la rencontre ne tarde pas car elle me saute dessus alors que je fais une petite lessive aux lavabos communs (il n'y a pas de laverie sur l'ile et je n'ai plus de vetements propres). "bla bla bla interdit, bla bla bla pas le droit, bla bla bla derniere fois... Bref, un savon (c'est le cas de le dire) dans les regles. Assez drole quand on s'y attends a vrai dire.

Je vais me baigner dans l'eau turquoise et je glandouille en bavardant face a l'Ocean avec Francois un autre tourdumondiste qui voyage deja depuis 19 mois. Le veinard!

Je vais me coucher apres le feu d'artifice naturel du coucher de soleil sur le lagon car le decallage horaire fait effet (5 heures tout de meme)

DSC04907DSC04858DSC04880DSC04893DSC04900DSC04931

 

Jour 3 (Jeudi) : Moorea

Et la, le Fiu m'a pris, le Fiu c'est le mot Polynesien pour a la fois : fatigue, flemme, paresse, maladie du sommeil, bref, la larvitude totale.

Je vais donc faire dans le bref...

Il fait beau mais j'ai la flemme... donc je vais me balader aux Tipaniers, un petit hotel au bord d'une plage de reve d'ou on peut louer des kayaks pour aller voir les raies manta et les requins pointes noires, mais comme j'ai la flemme, je bavarde durant 2 heures avec Jeannot qui tient le local de location de kayaks en l'absence de son fils en vacances.

Je mange, je lis, je dors...

DSC04909DSC04911

DSC04918DSC04946DSC04980DSC04947

 

Jour 4 (vendredi) : Les raies et les requins

Bon, je finis par louer un kayak et je vais voir les raies et les requins, comme j'ai la chance d'arriver en meme temps qu'un bateau de touristes qui les nourissent, il y en a plein plein plein.

Je perds ma rame emportee par le courant, je passe 1 heure a la chercher et vais la recuperer au Sofitel ou un kite surfeur qui l'a trouvee l'a deposee.

Je rentre a la rame sous une pluie battante.

Mon sac soit disant amphibie n'est pas amphibie et voila comment j'ai tue mon quatrieme blackberry pro en moins d'un an (j'espere que mon boss ne lit pas ces lignes et personne ne va cafter, n'est-ce pas Christophe...)

 

Jour 5 (samedi) : pluie et grisaille

Il pleut, je bouquine et je mange...

DSC04954DSC04955

 

Jour 6 (dimanche) : retour a Tahiti

Ras le bol de la pluie a Moorea, je vais essayer la pluie a Tahiti.

Je decide donc de prendre le ferry de 14h. Malheureusement, le bus de 13h qui est cense y mener ne viendra jamais... je prends donc le ferry de 16h...

Je vais au seul backpackers de Papeete car on est dimanche et qu'il n'y a pas de bus le dimanche sur Tahiti pour rejoindre le backpackers du kilometre 18 ou je souhaite rester...

Resultat, je retombe sur Martina, l'allemande que j'avais rencontre a Moorea (et dont je n'ai pas parle ici, Fiu oblige...). Je la convainc d'aller manger un poisson cru coco (le plat national) a une roulotte sur le bord de mer. Deeeelicieux !

 DSC04984DSC04990DSC04991DSC04993

Jour 7 (lundi): Tahiti

Je suis a Tahiti et il fait beau. Damned !

Je me balade un peu en ville et au bord de mer avant de prendre le bus pour aller a l'hostel du kilometre 18 qui presente la particularite d'etre au bord d'une plage. Papeete ressemble vraiment a une ville de pays asiatique en voie de developpement (pas tres avance, type ile indonesienne...) mais avec des prix de banlieue chic parisienne (genre 3 euros pour 4 carottes...)

DSC05000DSC04996

DSC04997DSC04999

DSC04998DSC05001

La guest house en bord de mer est vraiment sympa avec sa cuisine en plein air et sa vue 4 etoiles sur l'ocean et cerise sur le gateau, nous ne sommes que deux a partager l'immense chambre qui occupe tout le grenier.

DSC05002

 

Jour 8 : Tahiti, Ati et le diner chez Rotina et Roger

Je me reveille le matin apres ma premiere nuit a Tahiti (dans une guest house, j'entend).

La nuit a ete excellente, je ne me suis presque pas faite piquer par des moustiques (cela devient grave quand c'est a l'aune des piquures de moustiques que l'on mesure la qualite d'une nuit. Welcome to Tahiti...)

Je descends petit dejeuner apres etre passee chez le chinois acheter une baguette et un bloc d'Emmental (mmmmhhh du fromage !). Je met une casserole d'eau a bouillir pour mon the et deguste mon frometons pendant que cela chauffe.

Trois minute plus tard debarque mon voisin de chambre encore ensomeille qui sans me dire un mot se dirige vers la cuisiniere et nu d'une ni de deux met son doigt dans mon eau (WTF ???!!!???). Je le regarde et lui dit "serieusement mon gars ???"

Le gars est americain et s'appelle James, il habite a Hawai ou il fait du surf (le gros cliche ambulant).

Il est tres sympa et on se marre bien en lisant son precis de conversation US/Francais ou il y a des expressions du type : " I only eat insects", tres facile a placer dans une conversation...

Il me dit qu'il part pour Moorea aujourd'hui et qu'une amie a un ami a lui va venir le recuperer pour le conduire a Papeete.

DSC05024

Beatrice, la copine du copain arrive. Elle est tahitienne mais mariee a un americain de Hawai.

Super sympa, elle m'embarque et me balade toute la journee : centre de genealogie, marché, et enfin, invitation a diner chez une amie a elle qui a prepare un super repas tahitien.

DSC05034DSC05033DSC05043DSC05037

 Poulet fafa, Poua chou, etc, etc.

DSC05038DSC05039

 

DSC05044DSC05036