Journée magnifique en perspective : 24 heures de voyage pour rejoindre l'Ile de Pâques à partir de Baltra via Guayaquil, Quito et Lima. Quatre décollages et atterrissages, un véritable appel à l'atterrissage d'urgence dont je suis spécialiste (4 à mon actif tout de même...)
Moi qui adore l'avion et les aéroports, je suis servie.

Adieu l'Equateur. Je n'aurais vu que 4 régions en 4 semaines mais cela valait le coup. J'ai adoré ce pays magnifique et encore sauvage.
J'ai manqué la plupart des endroits touristiques et je n'ai pas vu un seul volcan : Montañita, Cotopaxi, Chimborazo, Iliniza, Cayambe, Pichincha, Ruminahui, Coca, Quilotoa, Tungurahua, Pasochoa, Sangay, Banos toutes les étapes du "gringo trail" que j'ai loupées. Bah ! Je reviendrais...

Adieu à l'Amérique du Sud (a l'île de Pâques près qui de toutes façons vu sa situation géographique peut difficilement être assimilable au continent même si elle est chilienne). J'ai adoré ce continent, ces habitants aimables, généreux, roublards, adorables, accueillants, un peu trop dragueurs sur les bords, sincères, ouverts, escrocs, amoureux de la nature, accros au progrès technique, curieux, réservés, bruts de decoffrage, d'une finesse et d'une intelligence extraordinaire... Un peu comme chez nous en somme, la chaleur latine en sus.

Durant ces 4 mois, la question que l'on m'a le plus posée est : "quel est ton endroit préféré en Amérique du Sud ?". Impossible de répondre ! Tellement d'endroits exceptionnels visités : Rio, les chutes d'Iguazu, la Peninsula Valdes, Punta Tombo et ses milliers de pingouins, la Terre de Feu, Torres del Paine (le parc de ma vie comme certaines parlent d'homme de leur vie...), le glacier Perito Moreno, le Fitz Roy (beau à tomber), Chiloe, le pain frais et la vue sur le lac du 1004 à Bariloche, les étoiles de Vicuna, les lagunas Tara, Blanca et Verde, le canon de Colca avec mon groupe de rêve, le Camino Inka et le Machu Picchu, la Cordillera Blanca, le mercado Modelo de Chiclayo, Quito, Cuyabeno ses oiseaux et Tarzan...
Mais je dois dire que LES Galapagos, c'est vraiment quelque chose. Un des endroits les plus exceptionnels que j'ai visité. Donc oui, ce sera cela, mon point d'orgue en Amérique du Sud : 16 îles et centaines d'îlots à 1000 kilomètres au large des cotes. Ma destination de rêve, le seul endroit à voir s'il en était.

Toute cette histoire a commencé il y a 12 ans en avril par une phrase spirituelle prononcée sur France Inter par Frederic Taddei : "Il faut avoir vu au moins une fois la grande muraille de Chine avant de mourir". Frederic avait certainement raison mais c'est certainement parce qu'il n'était jamais allé aux Galapagos. Voilà MON endroit qu'il faut avoir vu au moins une fois avant de mourir. Allez y !

Bon, j'arrête de soliloquer...

Pour résumer cette journée fascinante :

- Petit dej rapide à 7h car je dois finir mon sac à dos qui n'a plus l'habitude d'être fait après 12 jours sur une étagère. Tout rentre, y compris mes nouveaux tee-shirts !

- Au-revoirs émus avec l'équipage avec qui j'étais devenue super pote tellement qu'a la fin c'est moi qui décidait de ce qu'on allait manger le lendemain... (la seule touriste à parler espagnol et qui en plus est restée près de 2 semaines à bord...et qui se marre à toutes leurs blagues...ca aide...)
Dernières photos avec mes chouchous Bruno (mi chiquitito, mi bebe) et Miguel le mécano rigolard, un hug à Patricio le Capitan, un bisou à Angel le cuisinier et j'embarque sur la panga destination le quai de Puerto Ayora.

 

DSC03690DSC03742DSC03744

 

- Petit arrêt carte postale pour la personne de mon coeur à Paris (elle se reconnaîtra, c'est la seule a avoir reçu une carte des Galapagos...) puis bus jusqu'au canal de Baltra, mini traversée et re-bus pour l'aéroport.

- Longue pause shopping (2 tee-shirts manches longues) et bavardage avec Vanessa et Barbara mes nouvelles copines galloises qui prennent également l'avion pour Quito mais le vol TAME de 12h45.

DSC03749


On se huggue pour se dire au revoir et je décolle pour un vol calme mais long pour Quito avec escale technique à Gayaquil.

DSC03751DSC03754DSC03766DSC03772

- Escale de 3 heures à Quito avant de prendre le vol de Lima, j'en profite pour acheter 2 livres de cuisine equatorienne dont les recettes ont l'air intéressantes.
Arrivée à Lima vers 23h après deux heures de vol, l'avion pour l'île de Pâques est annoncé avec 3h de retard. On décolle à 4h40 au lieu de 1h20 (!!!???!!!). Et bien sur le gars du comptoir de LAN m'explique en substance qu'il n'en a rien a foutre et que si je ne suis pas contente, voilà le formulaire a envoyer a la maison mère a Santiago :-O
Ca ca me scotche... Je note le nom du gars et je compose en pensée la lettre que je vais envoyer à One World qui m'a vendu le billet tour du monde...

DSC03786

- Looongue attente à l'aéroport de Lima. Je me boulotte un burger pour faire passer le temps. Pour compenser j'achète une crème Clarins contre les capitons au Duty Free et un tee-shirt taille L ...

- vol de 6 heure pour la Isla (me rappelle de rien, roupillé comme un lion de mer...crevée je suis)

DSC03789

 

Et me voilà au milieu du Pacifique pour 6 jours !

NB pour mémoire tout ce que j'ai perdu (ou qu'on m'a piqué) en 4 mois de voyage, il faut noter qu'en 12 ans de voyages réguliers je n'avais jamais rien paume, le sabbatique, ca ramolli les neurones... :
- mon sweat-shirt à capuche A&F (piqué au Bresil)
- ma gourde Quechua (oubliée près d'un torrent à Torres del Paine)
- 4 slips en coton (va savoir, ces disparitions son inexplicables sauf s'il y a un ou plusieurs fetichistes des slips féminins en coton usés jusqu'à la corde dans les chambres communes d'Amérique du Sud, ce qui ne n'etonnerais pas vu certains phénomènes rencontrés)
- un sac contenant 1 ceinture neuve, une paire de Havaianas et tous mes documents de voyage brésiliens et argentins (pickpocketés à la gare routière de Puerto Montt au Chili)

- une clef USB (a Cuenca, certainement oubliée dans un cybercafé, mais bon, je n'ai perdu que 2 jours de photos à la Serena, j'avais une sauvegarde du reste)

- mon ipod nano 16GB 6eme génération (piqué en Equateur, les boules car Apple est passé à la 7eme génération et les nouveaux sont bien plus encombrants...)

- mon laguiole pliable couleur prune special fille (aux Galapagos. Bah! je le racheterais en rose bonbon)

Vous aurez noté que 80% de mes pertes ont eu lieu en Equateur, il y a comme une répétition mais je suis plutôt contente que mon sac en entier n'ait pas disparu ou que je ne me sois pas fait braquer mon appareil photo par deux gars avec un couteau, ce qui arrive très régulièrement à Quito et pas uniquement aux touristes...

Bah, on va dire que ca me permet d'alléger mon sac...