Ile volcanique par excellence, Isabela etait auparavant formee de 3 iles issues de 3 volcans mais l'erruption de 2 volcans supplementaires en a fait une ile unique, reconnaissable entre toutes par sa forme unique de cheval de mer.
100 miles de longueur, la plus grande ile de tout l'archipel.
Seulement 1 million d'année. Ses hautes calderas geantes couvertes d'une vegetation dense sont toujours actives.
Monde des tortues geantes, les plus grosses aux mondes, pouvant peser jusqu'a 300 kilos. Les tortues geantes peuvent survivre des mois sans eau durant la saison seche. A la saison humide, elle se precipitent (bon, a la vitesse de tortues, tout de même...) vers les lagunes de l'ile pour s'abreuver.

Y vivent des centaines de finch (pinsons), ce petit oiseau des Galapagos a permis a Charles Darwin de construire sa theorie de l'evolution.

Les pinsons de Darwin (connus aussi sous le nom de pinsons des Galápagos) sont 13 ou 14 espèces différentes mais apparentées que Charles Darwin a récoltées en recensant la faune sur les îles Galápagos durant son voyage sur l'HMS Beagle. Treize espèces résident sur les îles Galápagos et une sur les îles Cocos.
Ces oiseaux sont tous de la même taille : entre 10 et 20 cm. Les plus importantes différences entre ces espèces se trouvent dans la taille et la forme du bec. Ces variations s'expliquent par les pratiques alimentaires propres à chaque espèce. Les oiseaux sont tous bruns ou noirs. Leurs comportements sont différents, tout comme leurs chants.

Bien que ces oiseaux aient joué un grand rôle dans la conception de la théorie darwinienne de l'évolution par la sélection naturelle, Darwin, durant son voyage autour du monde à bord de l'HMS Beagle, n'avait pas conscience de leur importance. Ce n'est qu'à son retour des Galapagos et à la suite de nombreux échanges scientifiques que Darwin s'apercevra de l'intérêt que présentent ces multiples espèces d'oiseaux pour comprendre les phénomènes de spéciation et d'évolution par sélection naturelle. 
N'ayant pas pris soin de noter systématiquement le lieu de capture de chaque spécimen, Darwin se base sur les collectes effectuées par les autres membres de l'équipage du capitaine Fitz Roy pour identifier l'origine géographique de chaque espèce. Ce faisant, il prend conscience que chaque espèce occupe une île différente et en conclut que l'isolement géographique a pu mener à la formation d'espèces distinctes à partir d'ancêtres communs (spéciation allopatrique). Par la suite, ses réflexions sur ces pinsons l'amènent à établir un lien direct entre la végétation et donc le régime alimentaire de chaque espèce et ses caractéristiques morphologiques, la forme du bec notamment : Le fin bec de Geospiza scandens lui permet de se nourrir de la chair des cactus ainsi que de ses fleurs, alors que Geospiza magnirostris a un gros bec adapté à la casse de solides graines. Certhidea olivacea a un bec pointu et étroit, typique des insectivores.

Le male construit le nid et de son champs tente de persuader la femelle de le visiter. S'il lui plait, elle s'y installe.

Le lever de soleil tout en bleu, mauve et gris :

DSC02832DSC02841

Debarquement a Moreno Point sur un champs de lave gigantesque, le passage de la passe a maree basse est delicat :

DSC02860DSC02854

 

Un petit peu de snorkelling pour le groupe mais je prefere prendre des photos d'oiseaux avec le petit pere Bruno a la manoeuvre de la panga. du coup, on voit plein d'especes :

 

DSC02965DSC02906DSC02899DSC02921DSC02929DSC02969DSC02963DSC02912

  

En rentrant, je trouve un super cadeau de la part de Bruno (trop fier de lui...) mon petit cheri a bord. Bruno est tout jeune et est en apprentissage sur le bateau. Il est en charge des cabines mais comme il s'etend super bien avec Miguel le mecano, il s'occupe aussi de mecanique et bien entendu, il prend son quart sur la bateau toutes les deux heures et demi comme tous les autres membres de l'equipage. 

DSC02988DSC02987

 

Le debut d'apres-mide se passe a naviguer durant 3 heures pour rejoindre notre prochain point d'ancrage. Et devinez qui le capitaine laisse piloter le bateau durant 2 heures : bibi. En fait c'est facile en pleine mer, il suffit juste de maintenir le cap :-D

 

L'apres-midi on debarque sur Isabella (Tagus Cone) afin d'avoir une vue d'ensemble sur le champs de lave et une belle belle lagune turquoise.

Le debarquement est perilleux car un ancien male dominant (lion de mer) pense que la piste est son territoire. Manolo tente de l'eloigner en tapant des sandales l'une contre l'autre... n'importe quoi... Bien sur, le male alpha (devenu male tout court) n'est meme pas impressionne et heureusement que je prends l'initiative de le contourner pour passer sinon on y serait encore...

La vue au fur et a mesure que l'om grimpe la colline est magnifique.

Tout d'abord une lagune superbe, separee de l'ocean que par un mur de terre.

Puis un champs de lave impressionnant avec une perspective grandiose sur un volcan et l'ocean. 

 

DSC02995DSC02998DSC03037DSC03031DSC03021DSC03044DSC03036DSC03039

 

Magnifique coucher de soleil uen fois de plus et comme durant la nuit on passe l'Equateur 2 fois, je fais le test de l'eau dans les toilettes. Et cela ne marche pas... Elle tourne dans le meme sens ou que l'on soit (au nord comme au sud !!!) 

DSC03068DSC03085