Les Galapagos de situent à 90 degrés ouest de latitude et 1 degré sud de longitude sud (mais en fait s'èétalent de part et d'autre de l'Equateur.
Un monde perdu au milieu du vaste Pacifique, à 2 heures de vol des côtes sud-américaines.
Ces îles volcaniques sont apparues il y a plusieurs millions d'années, les une après les autres au fûr et à mesure des éruptions.
Les iles les plus anciennes se situent à l'est, elles sont plus jeunes au fur et à mesure que l'on se dirige vers l'ouest.

Il y a 16 îles principales (d'ouest en est Darwin, Wolf, Fernandina, Isabela, Santiago, Pinzon, Bartolomé, Pinta, Marchena, Santa Cruz, Baltra, Floreana, Santa Fé, Genovesa, Espanola, San Cristobal) qu'entourent une centaine d'îlots et de rochers (Roca Redonda, Albany, Rabida, Tortuga, Sombrero Chino, Bainbridge, North Seymour, Gordon Rocks, Plazas, Leon Dormido, Devil's Crown, Champion, Caldwell, Gardner, Watson, pour ne citer que ceux qui sont représentés sur les cartes) . Chaque île présente des caractéristiques différentes. Certaine sont couvertes d'arbres dissimulant une faune et une flore abondante, d'autres sont constituées de cratères et de champs de lave sur lesquels ne survivent que de rare cactus et de minuscules lézards (les lavas lizards).

Genovesa, notre seconde destination tire son nom de la ville natale de Christophe Colomb : Gènes.

On débarque sur le lieux dit "El Barranco" très tôt le matin alors que les nuages de cette saison humide embrument toujours le ciel.

On a changé de guide, Fabrizio l'agressif ayant été déclaré malade (je me disais aussi... personne n'est aussi agressif dans son état normal... certainement un accès rabique...) il est remplacé (au grand soulagement de tout le groupe) par le doux et sympathique Jairo.

Le premier oiseau rencontré est le Fou de Nazca (Nazca Boobie en anglais ou Piqueros Nazca en espagnol). Un gros palmipède facilement reconnaissable à son bec orange, son corps blanc et le bout des ailes et la queue bruns.
Les femelles pondent 2 oeufs, seul 1 des oisillons survit, le plus âgé la plupart du temps (une histoire horrible : l'aîné nait en moyenne une semaine avant le cadte et pousse celui-ci hors du nid afin de bénéficier de toute la nourriture apportée par la mère, celle-ci laise faire...). Ils nidifient sur le sol.
La femelle est plus grosse que le mâle mais celui-ci peut siffler alors que la femelle non. C'est le mâle qui construit le nid. Les deux couvent les oeufs. Les fous de Nazca (qui tirent leur nom de la plaque tectonique qui passe sous la plaque Sud-Americaine et la soulève) ne sont pas endémiques aux Galapagos, on peut les trouver sur les côtes du nord de l'Amérique du Sud (des Caraibes au Pérou).

DSC09982DSC09998DSC00006DSC00034DSC00043

 

Deuxième espèce nichant sur Genovesa, le fou aux pattes rouges (red footed boobie ou piquero de patirrojas). Marron clair moucheté, il niche sur des arbustes. Ses pattes palmées rouge vif ont de petites serres pour pouvoir s'accrocher aux branches (les autres boobies n'en ont pas).

DSC00017DSC00022

L'île est couverte d'arbuste climatique : durant la saison sèche, l'arbuste perd toutes ses feuilles afin de conserver un maximum d'eau dans ses branches. Durant la saison humide, les feuilles sortent. Cette explication fournie par Jairo me permet enfin de comprendre l'alternance étrange de végétation sur Santa Cruz, les hautes-terres étant plus humides que les basses-terres, elles sont plus humides et les même arbustes tout desséchés peuvent être couverts de feuilles 100 mètres (et 20 mètres de denivele) plus loin.

La pluspart des arbustes endemiques des Galapagos ont des des fleurs jaune vif comme la Cordia Jaune.

En bord de falaise, nous avons droit au ballet aérien des Storm Petrels. Ceux-ci volent en groupe serrés fin de protéger leurs nids des attaques des fragatas.
Il y a plusieurs espèces qui se regroupent (swallow tail, red bill tropic bird ) afin d'agir ensemble contre les menaces.
Ils s'appellent Petrels à cause de Saint Pierre (Petrus en latin) qui pouvait marcher sur l'eau. Ces oiseaux avec leurs pattes courtes semblent marcher sur l'eau également, d'où leur nom.

DSC00073DSC00063

 

Les Fragatas ne peuvent toucher l'eau salée de leurs ailes. Ils volent les poissons attrapés par les autres espèces (notamment boobies et petrels) en les poursuivant, les attrapant par la queue et les secouant jusqu'à ce qu'ils rejettent le poisson qu'ils ont pre- ingere(Cleptoparasitism en scientifique dans le texte).

On voit une colombe des Galapagos (marron moucheté, yeux bleu klein) et une chouette diurne des Galapagos (ben oui, comme la plupart des espèces (ou des sous-especes) sont endemiques aux iles, elles s'appellent presques toutes "Schmuck des Galapagos"... Facile...

DSC00120DSC00071DSC00011DSC09986

Après un copieux déjeuner et une sieste, débarquement ("wet landing" : i.e. les pieds dans l'eau jusqu'a mi-mollet, par opposition à "dry landing", chaussures aux pieds) sur la plage de sable blanc de la Bahia Darwin, toujours sur Genovesa.

 

DSC00150DSC00136

La c'est un festival ornitologique : fous aux pattes rouges ; fregates mâles, femelles, jeunes ; herons nocturnes (yellow crowned night heron) en train de faire sécher ses ailes au soleil; swallow tailed gull, la plus belle des mouettes; des centaines d'oiseaux nichent dans la mangrove de l'ile

DSC00215DSC00223

DSC00283DSC00170

Il fait un temps magnifique et ils en profitent. Nous aussi lors de la balade superbe que nous faisons le long du sentier du parc.

A notre arrivee sur la plage, s'ebattent les lions de mer adultes (enfin, s'ebattent, facon de parler, roupillent devrais-je dire...) ainsi que les sombres iguanes marines.

DSC00323DSC00296

 

Nous rentrons à bord de la Fragata ravis de notre journee si riche sur l'une des iles les plus interessantes de l'archipel.
Après un diner copieux (qui a fini au fond de l'océan, houle oblige...), je vais me coucher epuisee par cette journee magnifique.