Je me reveille aux aurores pour aller sur la tour d'observation des oiseaux observer les oiseaux (...)
Neiser y est déjà avec les deux suédois.
Il a une sorte de telescope à fort grossissement. C'est assez impressionnant car à l'oeil nu, il est capable de reperer des oiseaux à 100 voire 200 mètres, les viser dans son telescope et nous les montrer. La nature servie sur un plateau :-D

Après le petit déjeuner (délicieux aussi), nous jouons un peu avec le cadavre d'une migale que nous avons trouvé (bah, je voulais pipoter en disant qu'elle était vivante mais personne ne m'aurais cru...)

DSC08867DSC08857

DSC08861DSC08863

DSC08880DSC08866

 

Puis nous partons en canoë avec le petit groupe, Neiser et Ronald à la pêche aux piranhas. Très touristiques mais très très drôle. J'ai de la chance, je fais partie de ceux qui en attrappent. J'en ai même eu deux. Hourrah, je peux survivre dans la jungle !

 

DSC08888DSC08887DSC08884DSC08904

 

Nous nous rendons ensuite auprès du tronc d'arbre mort où est censé se trouver l'anaconda que nous avons loupé hier avec junior. Et bien entendu, Neiser le repère immédiatement (enfin, sa tête, à moitié enfoncée dans l'eau). La bête fait 5 mètres de long mais nous n'en voyons que 15 cm et honnêtement pour moi c'est bien suffisant !

Nous rentrons à la force de la pagaie en observant les oiseaux qui vivent le long du lac et des berges de la rivière et alors qu'il se met à pleuvoir. Mais nous avons pris nos ponchos de pluie donc ca va (kind of...)

DSC08897DSC08903

 

Nous nous arrêtons pour photographier un bébé anaconda trop mignon (1 mètre de long tout de même...) avant d'aller déjeuner.

DSC08907DSC08912

L'après-midi commence de manière light car il est prévu que nous allions marcher de nuit dans la jungle... Nous bavardons avec Julie en prenant un thé puis je monte dans la tour pour observer les oiseaux : perroquets, toucans, grives, un festival !

Départ pour la lagune vers 16h à la recherche d'un paresseux (en vain...) et pour observer des oiseaux (avec beaucoup de succès) avant de démarrer notre marche de quatre heures dans la jungle, d'abord de jour (des plantes, des feuilles, de l'humus) puis de nuit à la recherche de caymans, araignées, grenouilles et autres bébêtes repugnantes (check, check, check, check, beeeuuuurrrkkkk), dans la boue jusqu'a mi-cuisse (Ronald a du me soulever pour m'en sortir...) et dans le noir... à la seule lueur de la frontale... Bon, je rouspete comme ca mais cette marche était vraiment top : la boue, les bruits de la jungle, les animaux et insectes que l'on ne voit pas de jour, c'etait top.

DSC08939DSC08950DSC09037DSC09028DSC09001DSC09015

 

Bon, un petit incident bizarre tout de même... Un moment donné, nous lâchons un peu le groupe avec le guide (pas de ma faute si je suis devenue forte en treks dans des conditions à la con...), et là, le pépère, à la lueur de sa lampe torche, me regarde dans les yeux, entrelace ses doigts dans les miens et me dit : "Et si nous nous en allions ensemble en les laissant se débrouiller...", bon, je me marre et lui dit que ca ne va pas trop le faire là tout de suite et que le conducteur du bateau moteur va se demander pourquoi nous ne sommes que deux (jamais faire de second degré avec un équatorien...surtout quand il a une grande machette et ses doigts entrelacés avec les vôtres)... Dieu merci le reste du groupe nous rattrappe et pépère fait comme si de rien n'etait...
Nous rentrons au lodge couverts de boue et tout puants pour diner.Après celui-ci, le manager du lodge nous emmène derrière la cuisine voir un caméléon qui ressemble à s'y meprendre à une branche (bon, tout cela est un peu écourté par le fait que Ronald, Felix et Julie marchent pied nus dans une colonie de fourmis rouges, ce qui les oblige à courir au rio y tremper leurs pieds...moi j'ai gardé mes bottes plastique... Je n'enleève plus mes bottes que pour dormir d'ailleurs), faire des jeux de lumière qui ne marchent pas avec une torche et le super appareil photo de Ronald et aller prendre une bonne douche bien chaude.

DSC09043DSC09044