Le bus arrive à Lago Agrio à 5h30 du matin. Le temps de reprendre mes esprits (dieu que ces bus de nuit equatoriens sont inconfortables...) je prends un taxi pour l'hotel D'Mario, le point de rencontre avec notre guide William.
Un petit restaurant local tout proche sert un petit déjeuner typique, va pour le petit déjeuner de l'Oriente (la jungle equatorienne est située à l'est du Pays, elle est donc nommée Oriente) donc, mais en version allégée, je n'ai pas vraiment envie de poulet en sauce tomate à 6h du matin....

Une "tortilla" aux haricots surmontée d'un oeuf au plat et des bananes plantain frites le tout accompagné d'une bonne louchée de la sauce du poulet. Plutôt bon même si un peu lourd à cette heure matinale.

Après avoir laissé 5mn à mon estomac pour se remettre, je me rend au point de rendez-vous ou attendent une douzaine de touristes.

Chaque agence passe récupérer son groupe. Le mien s'appelle Guacamayo Lodge et nous sommes 5 à nous y rendre. Nous faisons d'abord 1h30 de bus jusqu'à l'entrée du parc national traversant des paysages de "pre-jungle" luxuriants. La route longe l'oléoduc qui transporte de pétrole de la jungle ou sont les forages vers les usines de transformation. Il fait chaud et humide, je trepigne d'impatience à la perspective de revoir toute cette faune et cette flore si particulières à l'Amazone. De temps en temps, une maison en bois sur pilotis au milieu d'un jardin luxuriant ou d'une petite plantation de manguiers. Il y a quelques arbres de jungle qui semblent un peu perdus au milieu de cette zone hauts et aux troncs tout fins et ondulés surmontés d'un toupet de feuilles qui seraient plus à leur place au sein de la canopee amazonienne. La route longe le rio Aguarica, le second plus long affluent de l'Amazone, aux eaux brunes.

DSC08761DSC08778DSC08774DSC08777

Après nous être enregistrés auprès du parc (500 000 hectares tout de même, un des 49 parcs nationaux du pays) , nous transferrons, Stefanie, Guillaume (le couple belge), Julie, Felix, (le couple autrichien), Ronald (le guide) et moi sur une pirogue à moteur qui va suivre la rivière durant deux heures jusqu'au lodge. Je vous met quelques photos de ce que nous avons vu en chemin (pas toujours super cadrées les photos, mais bon, le temps que je voie la bête, que je réagisse, que j'allume l'appareil et que je prenne la photo...)

DSC08790DSC08797

DSC08784DSC08798

Après un déjeuner rapide (franchement, je ne vais pas épiloguer sur la cuisine equatorienne, ca ne vaut pas vraiment l'effort...), nous partons avec Ronald en pirogue à rame a la laguna Cuyabeno pour aller voir un anaconda qu'un autre guide, Neiser, a repéré le matin.

On rame, on rame mais pas d'anaconda en vue. Celui-ci a du replonger dans l'eau. En revanche, nous repérons pas mal des 550 espèces d'oiseaux qu'abrite la région.

DSC08810DSC08807

DSC08800DSC08804

Nous rentrons au lodge ou nous pouvons (enfin...) nous reposer avant d'aller partager un repas de Noël délicieux préparé par le chef : soupe à la quinoa, dinde au four accompagnée de légumes frais, pommes de terres et au dessert un delicieux flan au caramel.
On accroche bien avec Felix et Julie, on a le même sens de l'humour et on rit bien de nos aventures du jour.

Neiser qui est à la fois guide et semi-proprietaire du lodge (pas tout compris) vient se presenter à nous, nous offrir des caipirinha et nous faire un petit discours de bienvenue. Apparemment ce sera lui notre guide naturaliste, Ronald étant débutant dans le métier (ce qui nous rassuré un peu car on avait des doutes quand même suite à l'après-midi passé à chercher un anaconda que l'on n'a jamais trouvé ....)

Je vais me coucher tôt car la nuit en bus et le retour du lac à la rame m'ont crevé.

Joyeux Noel !!!

L'info du jour :
Il y a 5 communautés indigènes dans cette régionde l'Equateur (200 familles dans le parc) : Quichuas , Shuars, Sekoias, Kofanes, Siona. Chaque communauté a un territoire clairement défini.