A Quito, l'Art Moderne est dans la rue et dans les parcs : sculpture moderne aux carrefours et sur les pelouses, exposition de photos plaza San Francisco, etc.

Arrivée a Quito aux petites heures du matin, je prends le bus pour le vieux centre historique oú Yves (un collegue qui a visité l'Equateur l'année derniere m'a conseillé de résider).

Quito se trouve à 2 800m d'altitude. La deuxième plus haute capitale du monde aprés La Paz.

Quito, c'est deux villes. Un cœur historique, ancien, colonial, é au patrimoine mondial de l'Unesco (oui, oui, encore....). Des églises, des couvents, une cathédrale et une basilique superbes. Et un quartier touristique : Meriflores, bars, restaurants thai, pizzérias, discothèques, un beau point rouge en plein sur le gringo trail.

Première ville au monde a avoir été classée au patrimoine mondial culturel de l'Unesco (bon, celui-ci n'existe que depuis 1983 anyway), son centre historique bien maintenu et sécurisé (il y a un ou deux policiers à chaque coin de rue afin de protéger les habitants comme les touristes contre les detrousseurs de tout poil malheureusement légion ici) est le rêve de tout bon flâneur. Tous les deux blocs, un bâtiment notable, un monastère, une église du 15eme siècle. Donc, je decide de flâner durant les 3 prochains jours.

Mon vendredi matin est consacré à la poste locale : El Correo de Equador. En effet, il faut que je me deleste de tous les trucs que j'ai acheté au Pérou et à Cuenca : 7kg en tout (tu m'étonne que mon sac était lourd !) de trucs divers est variés, du sel rose artisanal des saline de Moras à la laine d'Alpaga négociée dur au marché de Pisac en passant par les livres de recettes de cuisine achetés un peu partout.
Je passe l'après-midi à me balader et à visiter la Basilique accessible à pied via la calle Venezuela, celle-ci récente et de style baroque a été conçue par un architecte français, certains aspects peuvent faire penser à Notre Dame de Paris, notamment les gargouilles adaptées à la faune locale.

DSC08634DSC08667DSC08665DSC08636


L'intérieur est en revanche bien equatorien : dorures, vitraux richement colorés (certainement les plus beaux d'Amérique du Sud), saints et papes sont représentés de manière détaillée. La chapelle consacrée à la vierge de Guadalupe est notamment extraordinaire de finesse et de couleurs.

DSC08630DSC08640

DSC08658DSC08661

DSC08672DSC08668

 

Je dine d'une simple Humita : pate de mais cuite à la vapeur dans des feuilles de mais et vais me reposer du bus de nuit.

Samedi matin, je me réveille en sueur et toute courbaturée dans une moitié de drap, mais qui a eu l'idée stupide de recouvrir le matelas de simili-cuir ???? Sérieusement, le drap glisse dessus, le corps transpire, le lit est dur comme de la pierre, c'est inconfortable en diable. Je vais à la réception demander si certaines chambres disposent de lits normaux, la réponse est non.

La première heure de la journée est donc consacrée à me trouver un autre hotel. J'en trouve un correct et bon marché (ce qui est rare dans la vieille ville de Quito) près de la Plaza del Theatro.
Puis je me rend à Miraflores, le quartier nouveau qui héberge beaucoup plus d'agences de voyage que la vieille ville, booker mon tour dans la jungle (200 USD pour 4 jours dans un lodge ecologique dans le parc national de Cuyabeno) et mon billet de bus pour Lago Agrio (point d'entrée nord du parc).

L'apres-midi je me balade en ville durant de longues heures au milieu des dizaines de milliers de personnes venus faire leurs courses de Noel (eh oui, les equatoriens attendent aussi le dernier samedi avant Noel pour acheter leur cadeaux en stressant à mort dans des boutiques bondées...) : Plaza Central, Plaza del Theatro, calle Guayaqui, calle Flores, plaza San Francisco, etc.

DSC08687DSC08694

 

Je dine d'une salchipapa, plat bien gras et conforting constitué de frites bien lourdes accompagnant une saucisse de Frankfurt frite, le tout recouvert de mayonaise, aji et sauce ketchup. Assez degueu mais ici vu le nombre de vendeurs de rue et de restaurants le proposant, cela semble être le plat national...

Dimanche matin, je defais tout mon sac à dos car mon Ipod Nano semble avoir disparu, il n'en reste plus que les ecouteurs dans leur pochette... Je veux juste m'assurer que je ne l'ai pas rangé ailleurs avant de m'avouer vaincue que si si, quelqu'un l'a bien embarqué. Le point positif est que cela me permet de faire un bon tri et un bon rangement dans mon sac...
Je vais passer la fin de matinee au Museo National qui presente des oeuvres equatoriennes de l'epoque pre-inca (poteries et magnifiques pieces d'orfevrerie en or) à l'epoque moderne (sculptures essentiellement mais pas assez à mon gout) puis je vais trainer un peu au marche artisanal du parc Alameda afin de prendre des photos de textiles pour Isabelle qui veut en acheter. Je passe la fin de journée à me balader en ville et à visiter l'église dominicaine de San Dominico. La ferveur des achats de Noel (de nourriture à présent) bat son plein.

DSC08702DSC08716DSC08704DSC08710

DSC08746DSC08756

DSC08748DSC08755

Je prends le bus pour me rendre à la station de Transesmeralda attraper mon bus de nuit pour l'Oriente.

Tour de 4 jours et 3 nuits dans la jungle (parue nacional Cuyabeno) avec Ecotouristour : 200 USD
Billet de bus Quito-Lago Agrio avec Transesmeraldas : 8 USD
Une bouteille d'eau de 1,5L en supermarché : 0.55 USD
Une part de tres leches : 2,5USD
Un salchipapa à emporter : 1 USD
1 nuit hotel Flores : 15USD
1 nuit hostel Casona : 10 USD