Nous partons à 9h avec notre guide Pablo dans une super jeep. Ahhh ! Que c'est bien les tours privés.
Dans la voiture : Annie, Francois, Jacques et Patricia deux couples très sympathiques + moi.

Nous prenons la route internationale. Devant nous, à gauche la Bolivie, à droite l'Argentine et nous au Chili.

Le volcan Lascar fume au loin.
Nous avons un magnifique panorama du Licancabur (qui signifie "Montagne du Peuple")sur notre gauche. La steppe est semee de paja brava et de lupin (plante à fleur violette qui ressemble un peu à de la lavande). Arrives pres du chemin qui va en Bolivie, on voit la laguna blanca bolivienne.

Nous traversons des paysages de sable et de rocaille rouge brique dignes de Mars. Il semble ne rien y pousser mais en fait, on y trouve de la lapuna : petite fleur qui pousse au raz du sol de l'altiplano à partir de 3600 metres. Elle est difficile à voir de loin mais les vigognes s'en nourissent.

DSC04748DSC04753DSC04771DSC04758

 

 

 

 

 

Petit arret à Kipiako, un bofedal (paja brava qui pousse au milieu d'etang). On peut voir des canards, une vigogne et des flamands de James au loin.

Deuxieme arret un peu plus loin à la lagune de Cristal ou nagent des tawas (sorte de canard de l'altiplano). Le volcan Pilli de 6100 metres d'altitude (plus haut que le Licancabur) trône majestueusement au loin. Sur les collines au loin au voit des formation intrusives de magma, sortes de petits domes plus sombres qui se decoupent.

DSC04810DSC04826DSC04798DSC04784

 

On passe le salar de Puxa.

Peu après, on atteint un col à 4800 metres, le plus haut de notre trajet. Comme si on etait montés au Mont Blanc :-D
On s'arrete pour prendre des photos du point de vue avec la laguna Aguas Calientes au loin. On en profite pour se boulotter le moelleux au citron que j'ai fait la veille. Miam!

On repars avec en point de vue le Zapaleri : montagne au confluent du Chili, de l'Argentine et de la Bolivie.

Le moine de l'Apacana est notre prochaine étape. Une formation de magma intrusive qui peut rappeler la silhouette d'un moine (bof... je ne vois rien de tel...vous en jugerez par vous-même...). Puis nous grimpons au sommet d'une colline qui nous permet d'avoir une vue à 1 million de dollars sur le panorama du salar de Tara.

DSC04900

DSC04855

DSC04873

 

DSC04951

 

 

Nous redescendons en jeep puis en marchant dans un canyon brique pour aller déjeuner.

Je commence à avoir mal au crâne mais je ne laisse pas cela gâcher mon plaisir d'être dans cet endroit magnifique.

Nous reprenons la jeep pour descendre au bord de la lagune bordant le salar. Y vivent des centaines de flamants de James, les plus rares. Je les mitraille avec mon appareil photo. Patricia repère même un chululo : petit rongeur de l'altiplano gros comme un bras et très difficile à voir d'habitude.

 

Mais il est 16h et nous devons repartir pour San Pedro. Pablo me récupère avec la jeep (j'étais restée en arrière à prendre des photos...) et nous repartons sur des pistes cahoteuses mais à travers le plus bel environnement du monde.

Nous arrivons à San Pedro vers 17h30. Nous sommes passés de 4800 à 2300 mètres d'altitude en 45mn. Le contrecoup est sévère pour mon crâne et je vais m'allonger une heure après avoir avalé des granules de Coca.

Je me lève et bavarde un peu avec d'autres voyageurs avant d'aller voir l'agence qui doit me conduire en Bolivie pour confirmer qu'ils me deposeront bien au refuge au bord de la laguna blanca avant de me récupérer le lendemain (ou le surlendemain) pour aller jusqu'a Uyuni.

Je fais mon sac, embrasse la petite bande de Tara et vais me coucher.