Je me réveille tôt le lendemain. J'ai passé une excellente nuit sans roulis, bruit de moteur et tangage. Je descends prendre mon petit déjeuner. Les yaourts sur cette île sont délicieux.

Aujourd'hui, nous nous séparons. Les filles vont randonner au parc national avec William, un étudiant français rencontré à l'hospedaje. Pour ma part, je vais visiter les églises des villages entourant Castro. En effet, 17 de la trentaine d'églises de l'île sont classées au patrimoine mondial par l'Unesco. Ces églises construite entierement en bois sont exceptionnellement bien conservées.

Je prends le bus pour le premier village : Nercón, qui prolonge plus Castro qu'il ne s'en distingue. Pas de chance (ou coup de chance), l'église a complètement été rasée et est en cours de reconstruction (selon l'architecture originale et tout en bois également). Cela me permet de voir comment le processus de construction fonctionne. C'est assez intéressant.

DSC03434DSC03436

Je reprends le bus pour Vilipulli, le village suivant. Le chauffeur me dépose sur la route principale et m'indique qu'il faut que je marche à peu prés 2km pour arriver au centre du village (et donc à l'église).

La campagne est verdoyante, le temps au bleu et le froid vif. Le village est minuscule mais la clef de l'église peut être récupérée chez la voisine la plus proche (!) qui me la confie volontiers. L'extérieur est joli mais l'intérieur beaucoup moins travaillé que celui de Castro.

DSC03439DSC03441

 

Je retourne sur la route principale pour reprendre le bus pour Chonchi qui me dépose juste devant l'église du village. Je m'achète un Relleno (croquette de pomme de terre frite fourree avec une farce à la viande de type empanada, viande, oignons et oeuf dur) pour récupérer de mes 4km de marche et entre dans l'édifice religieux.

DSC03448DSC03449

Je tombe sur Patrick, un allemand qui était sur le Navimag et qui visite l'église lui aussi avec un groupe de collègue venus à un séminaire sur les énergies renouvelables.

L'église est jolie avec ses tabernacles de panneaux de bois peint.

Une fois ma visite finie, je rentre à Castro et vais visiter une fois de plus l'église de la ville avant de trouver un café internet pour mettre mon blog à jour (j'ai 2 semaines de retard...).

Je retrouve les filles et William pour dîner du plat typique chilote : le curanto, dans un restaurant recommandé par notre logeuse.

Ce plat est constitue de poulet, fruits de mer dans leurs coquilles (moules et clams), porc fumé et galettes de pate de pomme de terre, cuits à l'étouffée dans un trou creusé dans la terre. Il est servi avec un bouillon. Je commande une biere Crystal pour accompagner le tout.

DSC03450DSC03451


Bon, heureusement qu'il y a la biere car le curanto n'est pas terrible terrible. Les clams sont sèches, les moules (trop grosses) ont un goût de marée (le poulet et le porc sont assez tendres bien qu'un peu secs), bref, pas le plat de mes rêves (alors que j'en salivais depuis 3 jours...

Déçus, nous rentrons boire une tisane avec des biscuits avant d'aller nous coucher.

Trajet Chonchi-Castro :700 pesos
Relleno à la viande : 700 pesos
Heure d'internet : 500 pesos
Curanto : 6000 pesos le plat (nous nous en sommes partagé 3 à 5 personnes)
Biere Crystal au resto : 1700 pesos