DSC03291Après une nuit à El Calafate, je reprends le bus pour Puerto Natales. En effet, ce soir nous embarquons sur le Evangelista, le bateau de Navimag qui relie Puerto Natales et Puerto Montt au milieu du Chili.
Une occasion unique de longer la cote ouest du pays et de voir les fjords (et parait-il pas mal de dauphins). Une occasion aussi de me reposer et de prendre mon temps dans un voyage qui jusqu'à ce jour a été plutôt intense.

Je demande à l'aide chauffeur s'ils peuvent me déposer près du port au lieu de la gare routière, ce qu'ils font (enfin, à 3 cuadras, soit 3 blocs près).
Je m'enregistre, me refait dragouiller par le même gars qui m'a vendu le billet qui m'accueille en se souvenant de mon prénom (!!!???!!!) et me fait un clin d'oeil en me tendant ma carte d'embarquement. Whatever me dis-je...
Je vais prendre un thé en ville et faire quelques courses (fruits, chocolat, biscuits) au cas ou ils ne nous nourriraient pas (...)

DSC03196DSC03199DSC03200DSC03236

 

L'embarquement est à 21h. Nouvelle séance de flirt avec Juan (le gars du billet), pas réciproque le flirt, je précise...

Et nous embarquons. Surprise, j'ai été upgradee de 3 classes ! De la place la moins chère (lit en dortoir sans sdb) je suis passée en cabine double sans salle de bain mais avec fenêtre. Un billet qui vaut 2 fois plus cher que ce que j'ai payé.
Merci Juan !
Ma compagne de chambre est une hollandaise très sympathique, Louise. Elle a des chips, une bouteille de 1,5L de vin chilien et 6 bières. La fille idéale !

Je déballe un peu mon sac à dos, je vais faire un petit tour du bateau dans la nuit puis me rend au mess ou je rencontre 3 francaises (Celine, Adeline et Aude) avec qui je discute de Torres del Paine et de couchsurfing. Je vais me coucher à 22h.

 

 

JOUR 1 :

Lendemain matin, réveil avec le haut parleur du bateau vers 6h15. Nous passons le canal de Sarmiento dans 15mn et apparemment le capitaine tient absolument à ce que nous voyons cela. Le temps est gris et un peu pluvieux et le canal est dans une chape de brouillard. Un vent glacé à decoiffer un chauve me gèle sur place.

 

DSC03241DSC03256DSC03274DSC03242

Le petit déjeuner est varié et copieux, la conversation de mes compagnes de voyage, mi-anglais (pour Louise) mi-francais (avec Adeline, Celine et Aude) sympathique. Je sens que cette croisière va être très agréable.
Comme il pleut toujours, je vais m'installer dans l'un des fauteuils en cuir brun tabac de la salle commune pour potasser mes bouquins d'espagnol jusqu'à l'heure du déjeuner.

Le déjeuner n'est pas mal du tout. Je vais pouvoir me remplumer après mes 2 treks aux crackers, boites de thon et fruits.

Petite balade sur le bateau. Le paysage rocheux et désolé d'ilots certainement formes il y a des millions d'années par de la lave volcanique pétrifiée est extraordinaire.
Toutes les nuances de gris se mêlent au milieu de l'eau bleue. Des petrels noirs fendent la houle. Magique.
On dirait le décors d'un film ou d'un jeu vidéo de fin du monde.

DSC03252DSC03265

DSC03262DSC03268


Sieste et dîner (mega active cette croisière). Cela fait du bien de se reposer, j'ai presque récupéré toutes les sensations dans mon orteil gauche.

Je rentre à ma cabine et j'en profite pour prendre soin de moi : crèmes pour le visage et le corps, lecture, farniente.

 

JOUR 2 :


Il pleut. Pas une grosse pluie mais une petite pluie fine de brouillard. D'ailleurs celui-ci nous accompagne durant tout le trajet.

L'arrêt à Puerto Eden, la seule escale dans ce voyage de 3 jours, s'est fait dans la nuit, au son de la corne du navire à l'arrivée (vers 2h du mat) et au départ (vers 6h). Apparemment, il n'y a que moi qui ait entendu la corne de 2h. Celle qui, par ailleurs, est également censée nous avertir s'il y a un souci avec le bateau. On se met donc d'accord que s'il arrive quelque chose, je me dévoue pour réveiller tout le monde (???!!!???)...

Petit dej, cours d'espagnol en regardant le paysage brumeux par la baie vitrée.

Déjeuner assez copieux.

 

On arrive au Golfo de Penas (golfe des peines en espingouish dans le texte). La mer commence à être agitée (traversée de la manche en décembre agitée...). Malgré mes bracelets anti mal des transports et mes pilules anti mal de mer, au bout de 4 heures de roulis, je commence à être bien barbouillée. Au bout de 5 heures de ce régime, mon estomac craque et rend son tablier (en même temps que le dej...).

DSC03280DSC03278DSC03270DSC03281

 

Du coup, cela va mieux et je descends dans ma cabine me coucher. Le tangage dure durant une dizaine d'heures de plus. Le temps pour le maître de bord d'annoncer le dîner (auquel je ne me rendrais pas...) et au bateau d'arriver dans des eaux plus calmes vers 3 heures du matin.

JOUR 3 :


Énorme petit dej le matin pour compenser la journée de diète forcée d'hier. Euh, j'aurais peut-être pas du... Du point de vue climatique et scenique, c'est toujours Fifty shades of grey (sans le coté érotique néanmoins...). Très beau pour qui aime le gris (j'aime le gris), mais plus melancolique que bucolique.

DSC03276DSC03286

 

Du coup, j'en profite pour finir "En Patagonie" de Chatwin, visiter la cabine de pilotage avec Adeline et discuter avec l'un des pilotes, regarder les filles jouer aux cartes (j'ai un peu mal au coeur donc pas de partie endiablée pour moi), bref, repos avant de repartir à l'assaut du Chili.

DSC03296DSC03297


Le soir, je fais mon sac car demain on débarque à 8h direction Chiloe avec les filles.