bromo_15Reveil a 3h30 encore pour monter au point de vue du Bromo et esperer voir le fameux panorama au lever du soleil.

Cette fois-ci, nous ne sommes pas decus lorsque l'aube revele lentement dans une symphonoe de roses, violets, oranges et pourpres les contours du Batok puis du Semeru et enfin du Bromo fumant.

Nous redescendons et je saute l'etape de l'ascension du Bromo pour me depecher de rentrer a l'hotel pour entamer aussi tot que possible mon trajet vers Surabaya et ma prochaine etape : Sulawesi.

J'empoigne mon sac a dos et me dirige vers les 3 mini-bus verts de la mafia Cemoro Lawangaise qui attendent plus bas. Un des assistants bus-driver (oui, oui, dans un minibus de 10 places, enfin... 18 selon les normes indonesiennes... il y a un chauffeur et un assistant chauffeur) me dit que le prochain bus ne part qu'a 10h (il est 7h15...)

Je pose mon sac au sol. Trois minutes plus tard arrive la voiture d'un couple d'indonesiens rencontres a l'hotel. Ils s'arretent et me proposent de m'emmener afin de m'eviter l'attente. Et la a ma grande surprise, je vois l'assistant driver courir vers la portiere de la voiture et commencer a parler tres vite.

Le surabayais descends de sa voiture et se dirige vers moi, suivi de l'assistant driver. Il lui donne un billet de 10,000 rupiah et tente de m'expliquer qu'il doit payer pour le manque a gagner genere par le fait que je ne vais pas prendre le micro-bus. Indignee, je demande au mafieux indonesien (le nouveau surnom de l'assistant driver etant donne son comportement), de rendre le billet en le menacant d'aller me plaindre au poste de police de Probolingo (qui etant donne la corruption indonesienne, doit etre dans la combine egalement, de toutes facons...). Le surabayais rend le billet mais remonte dans sa voiture en me montrant qu'il est desole mais qu'il ne peut me prendre dans sa voiture (menaces de la part du mafieux ? qui sait ?)

Furieuse, je marche environ 200 metres, pratiquement decidee a faire les 100 kilometres jusqu'a Probolingo a pied de maniere a ne pas participer a cette mascarade. Mais 200 metres plus loin, une deuxieme voiture de surabayais rencontres a l'hotel s'arrete egalement et ils proposent egalement de m'accompagner a Probolingo. Cette fois-ci, je suis trop loin pour que le mafieux puisse refaire son petit numero. Je grimpe donc avec soulagement et un sentiment de vengeance accompli dans la Toyota flambant neuve.

Apres 1h30 de trajet et de bavardages jusqu'a Probolingo, Agus, Harris et Achung mes trois compagnons me demandent ou je vais. Je leur dit aeroport de Surabaya et gentiment, ils me proposent de m'y deposer. Ils sont de Djakarta (ils bossent tous les trois pour Erricson) et se rendent a Surabaya de toutes maniere.

Apres 4 heures de route, ils me deposent a l'aeroport, le trajet a ete tres sympa.

Sulawesi_061Mon vol etant a 22h30, je depose mon sac a dos dans une consigne automatique et me dirige vers les bus de l'aeroport pour une petite viree en ville et quelques achats (il me faut une paire de basket).

Apres un petit arret a la gare routiere de Surabaya (toujours aussi animee), je prends le bus 1 pour le centre ville. Il m'arrete devant un immense centre commercial, au moins le triple de la taille du meme il y a 5 ans. Des enseignes comme Banana Republic ou Zara kids y sont en sus de toutes les marques de luxe.

Je m'achete une paire de Reebok pour 600,000 rupiad, soit 40 euros et je m'arrete pour savourer un fruit shake au litchis chez Dunkin Donuts, delicieux et frais.

Apres quelques dehambulations dans le giganteque Mall je reprends mon airport bus afin de prendre mon avion pour Makassar ou j'arrive apres un vol sans problemes a 2 heures du matin, Sulawesi ayant 1 heure de decalage horaire avec Java.

Vol Surabaya-Makassar avec Merpati : 593,000 IDR

Une paire de Reebok : 600,000 IDR

Airport Bus Surabaya : 15,000 IDR

Bus 1 Surabaya : 3000 IDR

Airport Taxi Makassar : 97,000 IDR

Hotel Pondok Suadah Indah Makassar : 187,000 IDR (chambre deluxe)