La premiere chose qui frappe a Mandalay apres la fraicheur montgnarde de Kalaw et de Nyaugshwé, c'est la chaleur.

Accablante. Epuisante.

Tellement épuisante qu'apres mes 8 heures de bus de nuit, je vais me recoucher a l'hotel alors qu'il est 10h du matin lorsque j'arrive a la Guest House apres un voyage en bus de nuit sans incident.

Je me reveille a 14h, toujours aussi assomée par la chaleur. Mais je me ressaisi car j'adore Mandalay, c'est ma région préférée en Birmanie (n'en déplaise aux adorateurs de Bagan!). Je vais prendre une douche fraiche, puis vais grignoter un Biryani au restaurant indien au coin de la rue.

Il y a pas mal de restaurants indiens en Birmanie et ceux-ci sont plutot savoureux.

Je me met en route pour la colline de Mandalay au sommet de laquelle trone un des monasteres les plus connus de Birmanie. De plus, du haut de cette colline, on a une vue a couper le souffle sur la ville et sur la tristement célebre (pour d'autres raisons que le monastere) plus grande prison du Myanmar ou sont emprisonnés nombre de prisonniers politiques.

 

Je redescends tranquillement et je me met a la recherche d'un transport pour ma journée de demain durant laquelle j'ai bien l'intention de faire le tour des temples, monasteres et ponts en tecks de l'endroit.

 

 

Le lendemain, réveil a l'aube et départ avec Pai qui sera a la fois mon guide et mon chauffeur (de rickshaw a mobylette). Apres une trentaine de minute de route, nous nous arretons a l'embarcadere des bateau qui nous menent sur une petite ile.

Nous traversons la rive en bateau/barque avec quelques locaux et leurs motos et montons dans une carriole pour faire le tour des environs. On s’arrête aux différents temples, en pierre ou en bois, entre deux ballades en carriole.

Mandalay 036

Dans un magnifique monastere en bois, je rencontre un gentil et tres jeune moine qui médite en lisant. Je demande si je peux le prendre en photo. Ca le fait rire et il pose avec plaisir. Puis nous bavardons de tout et de rien, de ce qui l'a amené a choisir sa vocation, du boudhisme, de Paris et de la France.

Je pense qu'il est content de s'entrainer a l'anglais avec une touriste.

Moi, je suis ravie de mieux comprendre le parcours de ces hommes qui choisissent certes une "profession" tres respectée en Birmanie, mais qui choisissent également une voie pas toujours simple faite de voeux de pauvreté, de périples quotidiens pour quémander sa nourriture des le matin et d'une relation pas toujours évidente avec le pouvoir en place.

 

 

 

 

 

Je repars ensuite pour la ville de Sagain où des dizaines de temples sont situés les uns à côté des autres sur une même colline. J'entame sous la chaleur toujours écrasante, la montée de la colline pour avoir une vue d’ensemble sur les temples. A mi-chemin je suis interpellée par un autre moine chaleureux. Il fera la suite de la visite avec moi, me détaillant l’histoire de la colline.

 

Je me rends en ensuite à Amarapura pour voir le fameux pont Ubein tout en teck qui enjambe l'Irriyawadi. . Ce pont est le plus grand pont en teck du monde. Chaque jours les birmans l’empruntent a pied ou en vélo pour aller d’une rive à l’autre pour vaquer à leurs occupations mais aussi pour la ballade de fin d’après midi.

Mandalay 009

 

Je dois m'arreter régulierement pour parler a des birmans qui me disent bonjour, veulent se prendre en photo avec moi ou me poser quelques questions. C’est agréable et drôle à la fois. Les questions sont toujours un peu les memes mais je m'amuse bien et j'ai du temps a passer avec les habitants de Mandalay que j'adore !

Je rentre me reposer a l'hotel car demain, je vais visiter Mingun que j'avais raté lors de mon précédent voyage en 2002. Et je veux absolument aller voir le temple construit dans la montagne et l'énorme cloche qu'il renferme, la plus grosse de Birmanie.