kalaw_011Après 24 heures de trajets sur lesquels je passerais (les routes birmanes se sont peu améliorées depuis mon dernier voyage), je fais une escale à Kalaw. Une ville de moyenne montagne (1300 mètres) où il fait frais.

J'ai bien besoin d'une douche chaude car après quelques heures de train et 8 heures à l'arrière d'un pick-up qui transportait dieu seul sait quoi (j'avais l'impression de voyager aves 12 kilos de roblochon et 38 de roquefort, étonnant dans cette partie du monde...), je ne sens pas très bon.

Après cette douche, je vais dîner d'un repas mi bamar mi indien (curry de légume délicieux et épicé) avant de me coucher de bonne heure.

Lever de bonne heure également le lendemain. J'en profite pour faire une balade matinale dans le village. Celui-ci est très paisible, seuls les coqs chantent pour accueillir cette nouvelle journée. Les villageois me dévisagent curieux de voir une touriste se balader apparemment sans but de si bonne heure.

Après un copieux petit déjeuner, je prends le bus pour Nyaugshwe. kalaw_007Comme souvent dans les bus birmans, on m'installe à côté d'une autre touriste. C'est comme cela que je rencontre Sylvie, une suisse francophone avec qui je vais avoir le plaisir de partager quelques repas dans les prochains jours.

Comme il y a trois ans, la piste est toujours aussi cahoteuse. Je suis bien contente d'avoir choisi de dormir à Kalaw la nuit dernière. En effet, la montée Thazi/Shwenyaug est bien trop longue et inconfoable pour mon petit postérieur délicat.

Informations pratiques :

  • hotel Kalaw : Golden Kalaw Inn 8 USD
  • trajet Kalaw/Shwenyaug : 1700 kyats
  • trajet Shwenyaug/Nyaugshwe : gratuit, un patron de GH nous ayant gentiment embarquées avec des clients
  • brunch à Nyaugshwe dans un "café" local : 1000 kyats (mais on avait goûté à toutes les douceurs et tous les types de samosas proposés)